Les premiers éléments de l’enquête : Ghilas étranglé par ses amis intimes

 

Les premiers éléments de l’enquête : Ghilas étranglé par ses amis intimesLe jeune Ghilas Hadjou, 19 ans, enlevé dans la nuit du jeudi 18 à vendredi 19 octobre, a été assassiné par ses amis intimes, révèle jeudi 25 octobre la gendarmerie nationale dans un point de presse à Tigzirt, à 40 km au nord de Tizi Ouzou. Le jeune homme dont le corps a été retrouvé dans la soirée du mercredi 24 octobre sur la plage de Sidi Khelifa, dans la commune d’Azzefoun, a été kidnappé par trois de ses amis. Deux ont été arrêtés par les services de sécurité.


Les deux présumés tueurs ont été arrêtés par les gendarmes alors que le troisième membre du groupe des ravisseurs, en fuite, a été identifié.

Le corps sans vie de Ghilas Hadjou, fils d’un entrepreneur d’Azzefoun, à 60 km à l’Est de Tizi Ouzou, a été retrouvé mercredi vers vers 18h sur une plage six jours après sa disparition.

Les premiers éléments de l’enquête de la gendarmerie de Tigzirt révèlent le modus operandi de ce macabre meurtre.

Emballé dans un sac

Les trois ravisseurs avaient donné rendez-vous jeudi soir, par téléphone, à Ghilas Hadjou dans un endroit non loin d'Azzefoun. Ensuite, le groupe s’est déplacé dans une maison sur le littoral.

On ignore pour l’heure pourquoi la rencontre a mal tourné, mais les ravisseurs ont étranglé l’otage, l’ont emballé dans un sac avant de l’enterrer sur la plage de Sidi Khelifa.

« La victime est morte par strangulation après avoir été rouée de coups dans une maison en construction », a indiqué le commandant de la brigade de la Gendarmerie nationale de Tigzirt.

La dépouille du défunt a été transportée à bord de son véhicule jusqu’au lieu où il a été mis sous terre, situé dans une plage de la commune d’Ait Chafaa.

L’un des deux ravisseurs a été repéré par les services de sécurité après avoir utilisé la puce du téléphone appartenant à la victime.

Les deux individus impliqués appréhendés, âgés de 19 et 25 ans, sont des amis intimes du jeune homme.

Selon des informations obtenues mercredi soir par DNA auprès d'une source à l’Assemblée de la wilaya de Tizi Ouzou, le corps de Ghilas, enfoui dans le sable, ne portait pas traces de balles, mais des marques de strangulation.

La dépouille du jeune homme a été inhumée jeudi après-midi au cimetière de son village natal d’Ait Illoul, dans la commune d’Azeffoun.

 


dna-algerie.com    

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

October 2017
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5