PORTRAIT…


ahmed ben bella

Quel âge a-t-il ? Un siècle, ou même deux.  On entend parler de lui depuis si longtemps qu’on penserait qu’il était le contemporain de l’Émir Abdelkader alors qu’il n’a que 94 ans ! Et toujours bon pied, bon œil.
Il pourrait même faire la leçon de foot, lui l’ancien milieu de terrain, à un jeune sexagénaire. Pour des millions d’Algériens, il était le symbole du soleil de l’indépendance. Enfin la liberté, enfin l’indépendance, fini la longue nuit du colonialisme, fini l’ère de la Fatma à l’échine courbée par les servitudes et de Mohamed le petit cireur. Mais pour beaucoup d’autres Algériens, le premier président algérien est  synonyme, aussi, de la caisse de solidarité. Ma mère, ma défunte mère, qui croyait à cette Algérie des lendemains qui chantent est de ceux-là : elle avait mis dans cette caisse le peu de bijoux qu’elle avait pour participer à l’effort de reconstruction de notre beau pays exsangue par des années de guerre. À l’appel à l’aide du président Ben Bella, paré du prestige du chef victorieux, elle a répondu spontanément : oui pour bâtir une nouvelle Algérie.

Donnons-lui nos bijoux après avoir donné nos fils, nos maris et notre sang. Et puis écran noir. On n’entendra plus parler de cette caisse qui a fait saigner les pauvres gens alors que déjà quelques vampires saignaient l’Algérie indépendante mais encore endolorie. Et quand Ben Bella fut victime d’un “redressement révolutionnaire” qui le vit interner de 1965 à 1979, ma mère comprit qu’elle ne verrait jamais plus ses bijoux de famille, hérités de sa grand-mère. Illettrée, elle tenait à ces bijoux comme à la prunelle de ses yeux.

En cas de revers de fortune, elle savait qu’elle ne pouvait compter que sur eux. En guise de quoi, elle n’avait plus qu’un reçu. Et quand pour la taquiner on lui disait : “Où sont tes bijoux ?” elle ressortait le reçu : “Voici ce qu’il me reste de mes bijoux que j’ai offerts à l’Algérie.”
En vérité, elle attendait l’aide de son pays, et c’est elle qui vole à son secours. Ce qui, d’une certaine façon, a donné du sens à sa vie.
Ma mère n’a jamais regretté d’avoir offert ses bijoux. Elle a fait le geste qui compte. D’autres, petits malins, ont compté et comptabilisé les bijoux ? C’est leur affaire.  

Quarante ans après le don de ma mère, je retrouve, au détour d’un thé, le premier président algérien. Je le regardais et je voyais défiler le formidable combattant, couvert de médailles, qui a suscité l’admiration des généraux Juin et de Gaulle durant la Seconde Guerre mondiale. Je le regarde et je vois surgir devant mes yeux le baroudeur qui a payé par de longues années de prison son engagement pour la libération du pays. C’est l’un des derniers mythes de l’Algérie que j’avais sous les yeux. Et François Hollande qui a tenu, vaille que vaille, à le rencontrer ne s’est pas trompé. Il sait que derrière cet homme se profilent les silhouettes de Che Guevara et Nelson Mandela.

Le voilà tout guilleret, heureux de vivre. Quelqu’un lui lance : “Président, on voudrait que vous nous fassiez l’honneur de présider notre association.” Ben Bella sourit et répond goguenard : “S’il vous plaît, ne me faites pas cet honneur…La dernière fois que j’ai été président vous savez comment ça s’est terminé.” Et tout le monde éclata de rire. On peut sans doute reprocher à celui que ses compagnons appelaient Hmimed, beaucoup de choses à commencer par son autoritarisme, ses choix politiques et économiques, le modèle de développement choisi pour notre pays, l’incarcération d’un certain nombre de ses compagnons de lutte. Sauf le manque d’humour. À l’époque où il était président, cet humour faisait peut-être rire jaune. Les rieurs qui n’étaient pas de son côté lui ont dit : “Rira bien qui rira le dernier.” Et à ce jeu, c’est Ben Bella qui a le dernier rire : quarante-cinq ans après son départ, les Algériens rient jaune, eux aussi. Sans Ben Bella.

H. G.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


LIBERTÉ

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3