Le rapport d’autopsie est formel


Sarah a été violée puis tuée

L’assassinat de la jeune Sarah ne semble pas être une préoccupation majeure. Surtout lorsque, invité à donner plus de précisions sur ce sujet, le chargé des relations avec la presse au ministère des Affaires étrangères avoue son ignorance de l’affaire. Le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté algérienne à l’étranger aurait été, au même moment, en réunion avec son secrétaire général. La tentative d’avoir le son de cloche officiel sur cette affaire a eu lieu hier en début d’après-midi.

Les circonstances de l’assassinat de la jeune fille Sarah Khetib, âgée d’à peine 14 ans, tuée après avoir été sauvagement violée, mardi 14 septembre, dans un hôtel de La Mecque, continuent toujours d’alimenter la chronique.
Selon la police  saoudienne, Sarah Khetib, venue avec des membres de sa famille pour effectuer la omra, aurait échappé à une tentative de viol et se serait jetée du balcon ou de la terrasse de son hôtel. Mais selon des pèlerins algériens présents sur place, Sarah aurait été vraiment violée puis tuée avant d’être jetée du 16e étage de l’hôtel où elle séjournait ! La police saoudienne, qui a promis de faire toute la lumière sur cette affaire, n’a pas encore reconnu cette version des faits. Une attitude qui n’a pas manqué de provoquer la colère des Algériens présents à La Mecque.

Depuis l’annonce de la mort de l’adolescente, plusieurs versions et hypothèses circulent dans les journaux sur les circonstances de cette disparition, le mobile du crime et les auteurs présumés.
Des journaux saoudiens en parlent avec des détails aux antipodes des faits rapportés par la presse algérienne.
Le journal Saudi Gazette, affirme qu’un des employés yéménites, en situation irrégulière en Arabie saoudite, «a avoué avoir noué une relation avec la victime durant le mois de ramadan».

Le consul algérien à Djeddah a tenté d’expliquer que rien ne prouve que Sarah a été violée puisque, d’après lui, «le rapport de l’autopsie n’est pas encore établi» alors que le site Burnews est formel sur la teneur du rapport d’autopsie : la jeune fille a bel et bien été violée, étranglée puis étouffée. Ce site saoudien a rapporté aussi que Sarah Khetib a disparu dans l’après-midi du mardi 14 septembre lorsqu’elle a tenté de regagner sa chambre située au quatorzième étage de l’hôtel. Trois individus l’ont kidnappée, amenée sur le toit de l’hôtel et violée avant de la tuer, rapporte ce site. La jeune fille, ajoutait Burnews, a tenté de se défendre, s’est débattue mais ses agresseurs ont étouffé ses cris pour qu’elle ne puisse pas donner l’alerte.  Par ailleurs, le tuteur légal de Sarah, M. Boumediene Khetib, qui s’est confié au journal saoudien Al Riyadh, a indiqué que la défunte était scolarisée dans un lycée en France, qu’elle était très pieuse et pratiquait le taekwondo depuis l’âge de 4 ans. Il a déclaré qu’avant la prière d’El-Icha, Sarah lui avait demandé l’autorisation d’aller dîner avec une femme avec laquelle elle avait lié connaissance. Toutefois, en croisant cette femme dans les couloirs de l’hôtel, celle-ci lui a annoncé qu’elle n’avait pas vu Sarah. Paniqué, Boumediene a alors alerté la police. C’est un des employés de l’établissement qui l’informera que le corps d’une jeune femme a été retrouvé sur le toit d’un hôtel voisin.

Avec toutes ces  révélations de la presse saoudienne, ainsi que du père adoptif de Sarah,  il y a de quoi se poser de sérieuses questions sur la volonté de la police saoudienne à mener cette enquête.    

Le Jeune Indépendant

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31