Des milliers de supporters venus de plusieurs régions d’Algérie ont vibré pour la JSK


Soirée de fierté et d’hystérie à Tizi Ouzou

Sacrée JSK qui a surclassé une fois de plus les Égyptiens du Nadi Al-Ismaïly et sacré public kabyle qui, malgré un jour de fête sacrée, aura envahi littéralement le stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou pour vivre certainement l’une des plus belles pages de gloire de la JSK africaine.
Jamais au grand jamais, le stade du 1er-Novembre n’avait attiré autant de monde car il faut bien se mettre à l’évidence qu’ils étaient quelque 30 000 spectateurs à s’entasser comme des sardines en boîte dans une arène pleine à craquer et ils étaient encore plusieurs milliers de passionnés visiblement qui n’ont pu accéder dans l’enceinte sportive pleine comme un œuf et visiblement frustrés aux abords du stade pour se résigner finalement à prendre d’assaut les cafés environnants pour partager tant de moments de passion, de communion, de bonheur et d’hystérie collective comme seul le football, opium des peuples et sport roi par excellence peut en procurer. Trois heures avant le coup d’envoi tant attendu de cette grande affiche, la circulation était pratiquement impossible dans toute la ville de Tizi Ouzou le stade du 1er-Novembre affichait grand complet et le marché noir aura atteint des proportions jamais vues à Tizi Ouzou dans la mesure où les tickets d’entrée cédés à 100 DA seulement par l’Opow ont été revendus à… 500 DA par les spécialistes de la spéculation et de nombreux amateurs de foot dans la région prient déjà le ciel pour que le futur grand stade de 50 000 places de Tizi Ouzou soit réalisé dans les meilleurs délais car cela fait bien longtemps que la JSK a atteint la dimension internationale !  Et pour cause, ils étaient donc des dizaines de milliers de supporters venus de toutes les régions de Kabylie mais aussi et surtout de plusieurs wilayas du pays, autrement dit de Boumerdès, d’Alger, Blida, Chlef, voire même d’Oran, de Constantine, Sétif et Bordj Bou-Arréridj pour vivre et partager à l’unisson, et dans une hystérie indescriptible, cette nouvelle explication algéro-égyptienne. “Ce n’est pas JSK-Al Ismaïly mais bien un autre match Algérie-Égypte qui nous a ramenés à Tizi Ouzou”, nous dira un passionné venu… d’El-Oued, drapeau national sur les épaules et les yeux pétillants de fierté nationale. Une telle image symbolisait parfaitement en fait cette folle soirée de football africain que le tout Tizi et la Kabylie tout entière ne sont pas près d’oublier cette “saga Africa” qui fera certainement date dans les annales du football algérien et africain.

C’est que le parcours exceptionnel de la jeune équipe de la JSK en Ligue des champions fait de plus en plus recette alors que les souvenirs tout comme les supputations de l’inoubliable “feuilleton égyptien” de la dernière Coupe du monde ne sont pas près de s’estomper de la mémoire collective.
Pour preuve, lorsque les ultras de la JSK déployèrent un immense drapeau algérien juste avant le premier coup de sifflet de l’arbitre international libyen Raye Adel, le stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou se transforma en en un véritable volcan tant les clameurs, les fumigènes, les pétards et les traditionnels “One, two, three, Viva l’Algérie !” et “Anewa wigui, dh’Imazighen !” auront déchiré la nuit sous un air de fête et d’hystérie difficilement contenues et heureusement qu’un immense cordon de sécurité avait été déployé à l’occasion pour éviter tout débordement de joie et d’allégresse qui aurait pu gâcher la fête. Et heureusement que cette dure empoignade a été marquée par une grande sportivité et sur le terrain, et dans les gradins, ce qui n’a fait qu’embellir ce gala footballistique de toute beauté.

Et lorsque ce diable d’Azuka finira par crucifier la coriace formation d’Al-Ismaïly en fin de partie (87’), l’ambiance était alors à son comble et la Kabylie tout comme l’Algérie tout entière auront fêté comme il se doit ce très beau cadeau de… l’Aïd el-Fitr. “Personnellement, je n’ai jamais vécu une telle ambiance et de tels moments de bonheur !”, nous dira en fin de partie le coach suisse de la JSK, Alain Geiger, visiblement impressionné par cette ambiance typiquement sud-américaine ! Bravo les Canaris, une fois de plus ils auront fait honneur au football algérien et aux couleurs nationales !

LIBERTÉ

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

November 2017
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3