BÉJAÏA : IL S'EST PRODUIT À GUICHETS FERMÉS

Ali Amrane force le respect et gagne des galons

Béjaia: IL S'EST PRODUIT À GUICHETS FERMÉS
Ali Amrane force le respect et gagne des galonsLe mélange des sonorités folk, pop, rock, le traditionnel kabyle, étant son dada, la star du folk-rock kabyle s'est donnée à coeur joie durant plus de deux heures de spectacle où elle a rendu hommage à feu Matoub Lounès en interprétant une de ses chansons.

Le passage de Ali Amrane dans la ville de Yemma Gouraya mardi dernier où il a donné un concert de chants fera date dans l'histoire des spectacles de musique et de chant dans notre pays en général et dans l'ex-capitale des Hammadites en particulier. Non pas, parce qu'il a fait un tabac comme il a l'habitude de le faire à chacune de ses sorties aussi bien au niveau national qu'international, mais parce qu'il a pu briser un tabou. Oui, il a brisé un tabou, et pas des moindres. Un tabou qui n'est pas lié à la vie sociale et environnementale, mais plutôt à la pratique courante dans le monde des arts et de la culture. Celle relative au cachet.
Une pratique qui fait ravage dans le monde des arts et de la culture au point de ne plus distinguer «le bon grain de l'ivraie».

En effet, poser la question du cachet et de sa légitimité, c'est poser la question de la valeur de l'artiste...chanteur, acteur, comédien...même si dans ses intentions, il n'est pas venu pour instaurer de nouvelles règles en matière de spectacle, mais il a pu nous replonger dans les traditions et autres habitudes d'autant plus que l'artiste se produisait avec ses tripes, ses moyens et faisait découvrir son talent avant de se frayer son chemin parmi d'autres qui ont déjà bien négocié leur place sur la scène artistique. Bref...en chantant avec la billetterie, Ali Amrane a eu à vérifier sa véritable popularité et réputation dans le milieu artistique. à 400 DA le billet d'entrée, Ali Amrane la nouvelle génération de chanteur kabyle, a fait salle pleine. Il s'est produit à guichets fermés dans une ambiance de grande star meublée par une organisation exemplaire. «on ne jette pas 400 DA par les fen-êtres...si nous nous sommes acquités de cette somme, c'est pour voir un chanteur que nous admirons...un chanteur qui fait partie de la nouvelle génération de chanteur qui a su se frayer un chemin parmi les grands...il a pu imposer son style et gagner sa place sans l'aide de qui que ce soit...un chanteur-artiste complet qu'il faut accompagner en lui vouant respect et considération» nous ont déclaré quelques jeunes étudiants ayant pris part à ce gala. Pour parler du gala, il a été tout simplement majestueux. Dans une atmosphère bon enfant, Ali Amrane s'est reconquis en l'espace d'une soirée avec ses fans dans une ambiance conviviale. «On dirait une «Qaâda» privée dans une grande salle» nous dira un de ses nombreux fans. «Nous avons le droit de nous décompresser nous aussi...ce genre de gala est plus que souhaitable... car il rapproche les gens des artistes et crée des ambiances inoubliables», estime un autre groupe de spectateurs. Très à l'aise, comme d'habitude, il a donné un concert acoustique, d'une rare pureté.
Le mélange des sonorités folk, pop, rock, le traditionnel kabyle, étant son dada, la star du folk-rock kabyle s'est donnée à coeur joie durant plus de deux heures de spectacle où elle a rendu hommage à feu Matoub Lounès en interprétant une de ses chansons.

A la fin de son concert, fort remarquable, la star kabyle s'est donnée à coeur joie à la séance de prise de photos avec ses fans «c'est toujours avec plaisir que je me produis ici à Béjaïa et dans les régions de Kabylie...j'ai partagé un moment de joie et de bonheur avec mes fans et cette jeunesse avide de moment pareil...» a laissé dire Ali Amrane à la fin de son spectacle.

Boualem CHOUALI

l'Expression 

 

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31