…PORTRAIT…

Les enseignants

…PORTRAIT…
Les enseignantsÀ l’heure des grèves, j’ai deux histoires à raconter sur les enseignants. Elles sont si drôles que j’en ai ri jaune. La première : ma fille avait 11 ans, elle rentre un jour avec une joue rouge portant les traces des doigts de son enseignante. Je fais ce que tout parent aurait fait. Je vais voir son enseignante, une femme au visage si fardé, avec les lèvres si rouges que je me suis cru dans un carnaval.

Elle m’explique que ma fille parlait en classe avec une camarade. Je réponds que rien ne justifie la gifle. Elle me répond : “Mais ce n’était qu’une caresse”. Comme ça. Et vlan ! Elle gifle ma fille si violemment qu’elle lui arrache des larmes. J’en étais révolté. Mais je n’en dirais pas plus. Deuxième cas : mon fils qui était en terminale langue me signale que son professeur de français faisait des fautes de français impardonnables. Florilèges : october pour octobre, november pour novembre, jourre pour jour, et même algéraie pour Algérie. D’abord je n’ai pas cru mon fils. Je pensais qu’il fabulait. C’était trop gros. Juste par acquis de conscience, je suis parti voit le proviseur qui me reçut de charmante façon. Je lui expliquai, un peu gêné, l’objet de ma visite. Je m’attendais à ce qu’il me fasse un démenti catégorique, je souhaitais qu’il me dise que mon fils fabule, j’espérais qu’il s’ irrite de mon impertinence d’avoir osé porté atteinte à la compétence d’une éminente professeur de langue française. Savez-vous ce qu’il me répondit ? Ceci, qui m’a glacé le sang : “Oui, votre fils a raison. On nous  a déjà signalé ce cas. Cette professeur fait plein de fautes de français. Nous ne l’avons pas changé parce que nous n’avons personne d’autre”. Devant mon regard effrayé, il me rassura : “On va la remplacer bientôt, je vous le promets !” Quelque temps plus tard, mon fils m’apprit qu’ils ont un nouveau professeur excellent. Je partis remercier le proviseur qui m’accueillit à bras ouverts avec ces mots : “Nous avons remplacé l’ancienne professeur par un autre vraiment bon !” Après m’être confondu en remerciements, je lui dis : “Je présume que vous l’avez envoyé en formation ?”. Il me répondit, pince-sans-rire : “Non, elle a été mutée dans un autre lycée de la banlieue algéroise”. On transfère le mal. Bien entendu, tous les profs ne sont pas aussi nuls. Il y en a de merveilleux comme j’en ai connu moi-même. Ils sont sûrement les plus nombreux. Mais vous connaissez le principe : une tomate infectée pourrit tout le cageot.  Le problème pour ces profs excellents, d’une haute valeur morale, c’est qu’ils ont le même plan de carrière que les autres, les tomates pourries. Dans ce secteur si sensible pour l’avenir de notre pays, la norme doit être l’excellence partout. Dans le corps enseignant, mais aussi dans les moyens pédagogiques et dans les conditions de vie qu’on leur offre. Profs, je vous aime ! Sans fautes et sans reproches…

H. G.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Liberté 

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1