Algérie : la patrie qui déçoit ses enfants


L’Amour impossible

Algérie : la patrie qui déçoit ses enfants« Matoub Lounes, Cherif Kheddam, Idir…Ils sont nombreux les artistes défenseurs de la richesse de la culture berbère (Il faut dire qu’en Afrique du Nord, celle-ci a souvent été marginalisée, considérée comme folklorique). Berbanya s’inscrit dans cette lignée. Sa musique festive, vibrant au rythme de la fierté de tout un peuple, accompagne des textes engagés, défendant la langue et les traditions. »


Algérie : je t’aime, mais…

C’est ainsi que la 26éme édition du festival Nuits d’Afrique présente dans son programme ce groupe montréalais d’origine kabyle. Un groupe qui vit physiquement au Québec, mais dont le cœur demeure ancré dans la terre des ancêtres amazighs qu’est la Kabylie et par extension l’Algérie. Celle-ci, ces jeunes artistes qui composent le groupe l’aiment, mais lui en veulent jusqu’à en mourir. Ils l’aiment parce qu’elle est leur pays, leurs racines. Ils la rejettent parce qu’elle les a déçus et blessés. Donc, Berbanya ne pouvait pas se produire sur scène en cette année 2012 qui coïncide avec le 50ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie sans se positionner, sans dire ce qui le ronge. D’ailleurs, l’un des musicien du groupe, a bien précisé sa pensée : «  On pourrait plutôt parler de 50 années de dépendance. La Kabylie en a bavé à cause de ce système qui opprime son identité et ses droits. Le combat continue jusqu’à ce que ce qu’on ait gain de cause. J’espère qu’on verra cette victoire en notre vivant ». Et Yacine  keddadouche, chanteur du groupe, d’enchaîner avec le poème ‘’ Amour Impossible’’ de Lhacène Ziani pour expliciter davantage cette ambivalence émotionnelle que pas mal de Berbères éprouvent envers cette Algérie qui les a trahis. En effet, dans une atmosphère sobre et solennelle, Yacine a lu ce poème en français sur un fond musical touchant : «  (…) Je t’aime, je veux m’étaler sur nos souvenirs si chers; De promesses tu m’as saoulé, Je me réveille en galère (…) »

Kabylie : Je t’aime

Donc, c’est au club Balatou de Montréal que le spectacle de Berbanya a eu lieu en ce 15 juillet 2012. L’animateur des lieux, en annonçant le groupe, a invité l’assistance à voyager dans l’univers des Berbères de Kabylie et s’enivrer de ses chaleurs multiples. Et ces émotions ont été annoncées par un très beau prélude musical. Yacine Keddadouche, après avoir rendu hommage aux étudiants du Québec qui ont apporté un nouveau souffle à leur société, attaque la légendaire chanson d’El Hasnaoui ‘’ Intas madyas’’.  Un tube légendaire du style chaâbi qui traite de l’exil et de cet espoir  nourri par le pays des ancêtres à revoir un jour ses enfants revenir en son sein, chez eux. D’ailleurs, même les exilés rêvent et entretiennent cette culture du retour au pays de leurs ancêtres. Certains réussissent à y parvenir jeunes, d’autres non. Dans les deux cas, le temps qui passe a déjà fait ses ravages. L’exilé ne reconnaît plus ses neveux, ses amis le rejettent et la vieillesse ne pourrait l’aider pas à se racheter.  Berbanya n’a pas omis de rendre hommage à la femme, cette rose des forêts, qui sans elle, il n’y aura point de printemps. On pourrait dire que le printemps n’était pas vraiment au rendez-vous au club Balatou puisque les femmes kabyles n’y étaient pas nombreuses. La robe kabyle de Sara, une des bénévoles du festival ne pouvait pas combler ce déficit chronique. Berbanya a également dressé un tableau noir des malédictions qui ont saccagé le continent africain. Cette Afrique qui subit toutes les injustices. Certaines d’ entre elles  proviennent des hommes. D’autres de la nature. En Afrique, dira le chanteur, la misère devient banale et elle perdure.

Diversité et ouverture

Le groupe Berbanya qui chante exclusivement en kabyle a décidé d’insérer dans son répertoire des textes en français. Lors de ce spectacle, il a fait voyager le public du Balatou dans l’univers de la musique algérienne, notamment celles d’Alger, de Kabylie et des hauts plateaux. Il y avait certes beaucoup de reprises, mais Yacine annonce un autre tournant dans le parcours de son groupe. En effet, il lancera bientôt son album dans lequel on trouvera des textes engagés propres à Berbanya et des sonorités agréables portées par tous les instruments de musiques dignes des orchestres professionnels. Bonne chance à Berbanya!

 

 

 

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1