Takfarinas, l'artiste interpellé

La politique sous les projecteurs de la culture

Près 4000 personnes sont venues voir le concert de Takfarinas à MontréalPrès de 4000 personnes sont venues voir le concert de Takfarinas à Montréal en cette soirée du 12 mai 2012 au centre sportif Marie Victorin. Un concert qui a été précédé par un tollé médiatique suite aux déclarations controversées de l'artiste quelques jours avant les élections législatives algériennes largement boudée par le peuple.

Exerçant son droit citoyen de s'exprimer en toute liberté sur des questions politiques, l'artiste a appelé ses concitoyens d'aller voter en masse. À défaut, ils le regretteraient, car il estime que l'Algérie serait en danger. Un danger qui va au-delà des guéguerres algéro-algériennes, selon lui. Mouloud Kacher, l'organisateur, a mené une campagne ardue pour sauver son spectacle. Aussi, la vidéo de Takfarinas a calmé les esprits. Les fans, présents nombreux dans cette immense salle, ont dépassé cet épisode avec brio et beaucoup de civisme, car la démocratie commence d'abord par le respect des divergences politiques ou autres.

Organisation impeccable

Takfarinas, comme tout professionnel, a fait ses répétitions dans l'après midi pour éviter tout incident technique, toute fausse note. C'était agréable à voir ce perfectionniste ajuster les instruments de son orchestre composé de 11 musiciens dont deux Français. Les organisateurs ont, de leur côté, mis le paquet pour assurer le bon déroulement de l'événement. Les bénévoles étaient magistralement préparés pour gérer toutes les situations. La sécurité a été placée dans toutes les entrées et dispatchée dans le grand gymnase pour intervenir à tout moment. Ce qui était rassurant pour ces milliers de fans. D'autres organisateurs d'évènements ont pris le soin de réserver des espaces pour informer les gens de leurs activités respectives. Aussi, une superbe exposition des toiles de Kamel Benijer a été bien disposée pour embellir le hall de l'entrée déjà magnifique grâce à la présence des jeunes femmes kabyles habillées en costumes traditionnels pour accueillir le public.  Tout est  donc  prêt !

Une file impressionnante

Il est déjà 19h. Des milliers de personnes faisaient la file pour entrer au spectacle prévu à 20h. À voir ce beau monde, on conclurait que la soirée commencerait à 22h. C'était tellement impressionnant qu'un confrère a fait un commentaire qui tourne à la dérision : « Si toutes ces personnes votaient, l'Algérie irait mieux ». Sacré Samir Ben! Finalement, tout le monde a accédé à la salle et le spectacle a bel et bien commencé à l'heure indiquée. Plus le temps avançait, plus on a du mal à se frayer un chemin vers la scène.  Les gens étaient tellement contents de revoir leur artiste préféré qu'ils se sont comportés correctement. Échanges de sourires. Discussion à bâton rompu avec des vieilles connaissances retrouvées ou de nouvelles rencontres amorcées. La belle ambiance de Kabylie était vraiment au rendez-vous. Il y avait même un espace réservé aux enfants pour jouer et s'éclater, au grand bonheur des familles venues nombreuses.

Tak est toujours berbère et algérien

Dès son entrée sur scène, la foule applaudissait et criait le nom de l'artiste. Comme à son habitude, Takfarinas a fait exploser la scène. Quel talent! Avec sa maitrise de la guitare et sa voix qui raisonnait dans les quatre coins de l'immense salle, le chanteur a livré une excellente prestation. Des moments forts ont marqué les présents et tant pis pour les absents. Il a d'abord souligné que même si le chemin est long, Tamazight sera officielle un jour dans toute l'Algérie. Il a ensuite chanté la chanson hommage à Matoub ''Yella Yella'' qui a fait pleurer beaucoup de personnes. Il a enfin rendu hommage à tous les martyrs qui nous ont arraché l'indépendance de l'Algérie, aux militants vivants qui se battent encore pour que la liberté effective et les droits fondamentaux soient garantis sur cette terre qui a vu le sang de ses enfants couler à flot ces dernières décennies. Les youyous et les applaudissements fusaient de partout. Parmi les jeunes présents au spectacle Ghiles. Il dit sans complexe ce qu'il pense : « Tak a raison. Le pays est dans le chaos. Il vaut mieux donner son avis que de ne rien faire. Le spectacle était formidable. Ça nous a fait plaisir de voir Tak malgré les rumeurs »

Conférence de presse chez les Kacher

Le lendemain, avant qu'il ne quitte le  Canada, Takfarinas a rencontré les journalistes de la communauté algérienne. Il est évident que la presse allait demander encore des explications sur sa sortie politique et médiatique. Et à Tak de répondre : « Je ne cautionne personne. J'ai demandé aux gens d'aller voter à qui ils veulent  parce que j'ai pensé que le pays court un grand danger et je ne souhaite pas qu'on revive les douleurs du passé récent ou qu'on subisse les expériences des voisins qui sont étouffés par la montée des islamistes » En tant qu'artiste, beaucoup de gens auraient aimé qu'il ne se prononce pas sur les élections législative, mais il l'a fait, car, selon lui, la politique est omniprésente dans la vie de tout le monde y compris celle des artistes. Takfarinas revendique donc le droit de donner son avis sur la chose politique et regrette le fait que certaines personnes aient mal pris sa façon de voir la situation politique. Il a également revendiqué le droit de chanter dans toute l'Algérie, même si les lenteurs administratives en découragent plus d'un : « Khaled a chanté à Tizi. Tant mieux pour lui. Le public amazigh ou kabyle est ouvert.  Et moi? Donc, moi aussi, j'ai envie  de chanter à Oran et ailleurs, dans toute l'Algérie. Cela ne veut pas dire que le pouvoir m'a acheté. C'est mon pays et cette terre amazighe est ma source d'inspiration. D'ailleurs, je me déplace trois fois  par ans là-bas pour vivre avec ma famille et côtoyer mes compatriotes ». À la question quant à l'impact de sa prise de position politique, il souligne qu'il est le fils du peuple et que ses engagements envers son amazighité, qui est celle de l'Algérie profonde, n'ont pas été ébranlés depuis sa tendre enfance : « J'ai toujours parlé kabyle à Alger, même à l'époque où ce n'était pas évident de le faire. Je ne suis pas le seul à subir les foudres de certains détracteurs qui se cachent derrière les claviers de leurs ordinateurs pour déverser insultes et haine envers les personnes qui ont des opinions différentes des leurs. Matoub, lors de son kidnapping,  les a subis aussi » Takfarinas qui semble affecté par ces invectives, rappelle certains gestes de paix qu'il avait posés pour la libération de Matoub et  pour la libération des prisonniers du mouvement citoyens de Kabylie en 2001.

Sauver la maison Algérie

Takfarinas pense que les Algériens doivent s'unir pour maintenir le pays dans la paix : «  Nous sommes amazighs, même si certains ne parlent pas Tamazight, nous sommes tous  frères, l'Algérie est notre maison à tous. On se doit  de la sauver de la dérive ». Bientôt l'Algérie va célébrer le 50ème anniversaire de son indépendance. Beaucoup d'Algériens se pensent indépendants, mais pas libres. L'artiste de Yal pense aux martyrs qui se sont sacrifiés pour affranchir leur peuple du joug colonial et aux vivants qui luttent pour que ce sacrifice suprême ne soit pas vain. Il a également parlé de son prix qu'il a reçu en 2000 des mains de Nelson Mandela et de Michael Jackson en Afrique du Sud. Il avait même envisagé un duo avec Jackson pour faire sortir Tamazight du tunnel de la noirceur. Et l'artiste afro-américain était partant : « Notre mériter est un métier de rêve. Donc, c'est faisable », lui dira-t-il.  

Excellente soirée Mouloud!

En somme, après la tempête le beau temps. La démocratie a gagné. Le droit citoyen surtout. L'artiste est toujours aimé par ses fans et l'organisateur a réussi son événement. Une jeune étudiante kabyle a bien résumé la saga de Takfarinas : « Tout compte fait, sa sortie médiatique s'est transformée en coup de pub, une sorte de promotion gratuite. Tant mieux pour lui et pour les organisateurs » Le NCP a très bien géré une situation délicate. En septembre, il accueillera Alloua. Y aurait-il d'autres campagnes électorales à la rentrée sociale et scolaire? À venir….


Djamila Addar

LES IMAGES DU CONCERT DE TAKFARINAS A MONTRÉAL 12 MAI 2012

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1