Café littéraire à Béjaïa : Abderrahmane Bouguermouh ou l’insurgé conteur



Le cinéaste algérien, Abderrahamne Bouguermouh, ne se reconnaît pas de vocation d’écrivain.

Café littéraire à Béjaïa : Abderrahmane Bouguermouh ou l’insurgé conteurAbderrahmane Bouguermouh était l’invité du café littéraire de samedi dernier. Physiquement amoindri,  il n’en a pas moins le verbe pointu et haut pour parler de la très controversée gestion du cinéma en général par les pouvoirs publics et du rapport, qualifié d’encore plus distancé, avec le cinéma d’expression amazighe, surtout à ses débuts. Le cas de la réalisation très difficile de La colline oubliée,  l’adaptation de cette œuvre était dans son agenda depuis 1969, mais le film n’a été réalisé qu’après l’ouverture de 1988. L’homme de cinéma reviendra néanmoins de manière plus détachée sur son livre Anza publié aux éditions Casbah en 2009. D’emblée, il tiendra à nier toute vocation d’écrivain, se considérant juste comme «un témoin d’événements» qu’il aurait aimé beaucoup plus «porter à l’écran», mais la maladie et le  problème d’ordre financier, (car le film aurait demandé  beaucoup de moyens), l’ont contraint à en faire un ouvrage littéraire.

Pour l’essentiel du contenu, la trame s’articule autour des événements du 8 Mai 1945, vécus avec le regard de l’enfance, mais rapportés avec une écriture différée, un réajustement est imposé avec le raisonnement de l’adulte. Pour l’auteur Anza, c’est le perpétuel combat des «hommes qui n’ont pas de vie». Une projection dans sa propre vie ; militant du PPA à 15 ans, il dit  : «Je n’ai pas assisté à un seul moment de paix dans ma vie», qu’il explique avec son militantisme pour le cinéma amazigh. Il dresse alors le constat qu’à l’heure actuelle, on ne peut pas parler de «festival international du film amazigh». Car avec une bien maigre filmothèque dans cette langue, ce serait «faire du folklore».

Extrapolant pour cette identité, il évoque l’enseignement de tamazight devenu presque un choix à la carte pour les élèves. L’intérêt scolaire pour cette langue ne peut valoir sans l’existence «d’une académie». Enfin, s’il ne peut physiquement plus faire de films, le cinéaste se déclare «disponible» pour former des jeunes dans tous les domaines du cinéma. Il est même prêt à faire venir des techniciens spécialisés dans les formations envisagées. A une question sur la revalorisation de la budgétisation apportée par l’Etat au secteur de la culture, il constate que, nonobstant le théâtre, le vide est énorme dans le cinéma, mais aussi l’archéologie et le reste.  Tout étant donc à faire, il préconise de rationaliser les options, en optant pour le talent dans le cinéma, notamment pour des cinéastes référenciés.

Un mot pour l’ambiance du café littéraire : elle a été due au talentueux caricaturiste Ghilas Aïnouche, qui a gratifié le public de projections de dessins inspirés spontanément de la thématique du jour et des débats qui ont suivi.

El Watan

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1