Smaïl Gouméziane. Universitaire et auteur


«Sans berbérité, point d’histoire globale de l’Algérie»


Smaïl Gouméziane. Universitaire et auteur-Vous venez de signer un nouvel ouvrage intitulé Algérie, l’histoire en héritage, paru aux éditions Non Lieu en France et Edif 2000 en Algérie, où l’histoire est un legs, un héritage commun...

Ce livre, qui sera disponible en Algérie d’ici la fin juin, se démarque de la multitude de travaux mémoriels pour s’inscrire, le plus objectivement possible, dans le travail d’histoire. Il relate la longue et exceptionnelle histoire du pays sous l’angle de l’héritage commun. Car, qu’y a-t-il  de commun entre tous les Algériens si ce n’est leur histoire ? Celle-ci est étudiée depuis les Paléoberbères présents dans le Tassili il y a près de deux millions et demi d’années jusqu’à l’Algérie de 2011, en passant par la Berbérie sous domination romaine, les empires et royaumes berbéro-arabes musulmans, le royaume ottoman d’El Djazaïr et l’occupation coloniale française.

-Un héritage revisité à la lumière de deux logiques : la sédimentation-transformation et la résistance-rivalité....

Deux logiques contradictoires donnent le sens de l’histoire algérienne. La logique de sédimentation-transformation se traduit par le fait que certains événements se cristallisent et transforment durablement la société algérienne, alors que d’autres ne laissent pratiquement rien.  La  logique de résistance-rivalité met au jour la formidable capacité de résistance des Algériennes et des Algériens à l’oppression, à la domination, aux massacres et autres tentatives d’extermination, mais en même temps son dévoiement récurrent par des rivalités intestines, sur fond de complots, de trahisons et d’assassinats.

-On lit dans cet essai que ces deux logiques sont toujours actuelles...

Depuis l’indépendance, ces logiques demeurent au cœur d’enjeux essentiels pour l’avenir des Algériens. D’aucuns ont pratiqué l’amnésie historique et ignoré le socle originel, la berbérité, pour ne retenir que l’islamité et l’arabité.
D’autres bloquent toute nouvelle sédimentation-transformation, notamment la sédimentation démocratique. Or, sans berbérité, point d’histoire globale de l’Algérie. Et sans démocratie, point d’avenir de paix et de progrès pour tous. Pour mettre fin aux rivalités intestines, seul ce sédiment peut garantir une gestion pacifique des conflits d’intérêts inhérents à toute société.

-Vous exhortez les Algériens à se réapproprier leur héritage historique...

Depuis plusieurs années, l’Algérie est au cœur de  «guerres des mémoires entre les deux rives de la Méditerranée et dans le pays. Dont les plus récentes au niveau de certains acteurs du mouvement national. Comme si tout ou une partie de cette histoire, présentée sous le prisme subjectif et déformant de la mémoire, était leur objet privé. Pour ces raisons, les Algériens doivent se la réapproprier pour la soustraire à toutes falsifications,  manipulations et instrumentalisations. Pour avancer ensemble dans la paix et la clarté, vers plus de libertés. Après avoir consacré la libération du pays, l’histoire doit conduire à libérer les Algériennes et les Algériens. Comme l’exigeait déjà la déclaration du 1er Novembre 1954.


Algérie, l’histoire en héritage. Smail Gouméziane. Editions  Non Lieu en France et Edif 2000 en Algérie

LIBERTÉ

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

September 2017
M T W T F S S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1