Le Maroc lance sa chaîne amazighe


«Seuls les yeux ne vieillissent jamais: l’âge passe et ne touche pas le regard».
Tahar Ben Jelloun "Extrait de L’auberge des pauvres"

Au moment où la chaîne 4 amazighe bat de l’aile en Algérie, le Maroc va lancer fin décembre 2009, sa chaîne amazighe. Cette télévision vient enrichir ainsi le paysage marocain qui dispose déjà de 9 chaînes de télévision: six télévisions publiques:
Al Aoula (l’ex-RTM) Al Maghribiya, Arrabiâ, Arryadia, Arryadia 2, Assadissa enfin Aflam Assabiâa, une chaîne dédiée au cinéma. Une télévision privée: Médi 1 Sat et une télévision à capitaux public / privé: 2M.

La nouvelle chaîne de télévision possède un cahier des charges solide, qui trace le profil d’une chaîne généraliste et de proximité, et ambitionne de donner un nouvel élan à la diversité culturelle. 70% des programmes quotidiens seront en tachelhit, tarifit et tamazight. Le reste sera diffusé en arabe, langue officielle selon son statut constitutionnel. Ce choix est motivé par un sondage où les téléspectateurs amazighophones et arabophones ne veulent pas d’une télé cadenassée aussi bien sur le plan linguistique que des contenus. C’est le cas par exemple «d’une émission sur le pôle Nord en tamazight», résume le président du pôle audiovisuel public. La télé, c’est aussi un espace virtuel qu’il faut remplir. Sur 160 projets présentés, une trentaine a été finalement retenue. Côté fiction, cinéma et théâtre, le cahier des charges prévoit une «diffusion d’au moins deux fois par mois» et programmée lors des soirées, entre 21h et 22h30. Pour contribuer à la production audiovisuelle marocaine, un minimum de 2 heures par jour en première diffusion est prévu. Et là aussi le principe d’ouverture est omniprésent. Le président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca), Ahmed Ghazali, précise, lors de la 1re conférence des instances de régulation francophones, tenue les 16 et 17 novembre à Marrakech- que «la chaîne amazighe diffusera en quotas prédéfinis». Et «les programmes seront doublés ou sous-titrés en tamazight et en d’autres langues lorsqu’il s’agit d’un programme sur notre culture berbère». Une bonne nouvelle pour les maisons de production...privées marocaines qui sont très actives dans le domaine des long et court métrages. La Snrt a produit trente téléfilms entre 2007-2008 et qui sont doublés en quatre versions: darja, tarifit, tachelhit et tamazight.

Le Maroc dispose aussi d’un festival annuel du cinéma amazigh à Agadir, qui offre une opportunité au cinéma d’expression amazighe et auquel participent depuis quelques années les producteurs et réalisateurs algériens. Le Maroc a entamé depuis 2000, un développement de son champ audiovisuel. Avec notamment le renforcement de ses télévisions publiques et la limitation du champ au privé à une ou deux télévisions, d’ici à 2015, le pôle public audiovisuel marocain, représenté par l’ex-TVM (transformée en société anonyme en 2006 pour devenir Snrt) et Soread-2M, devrait basculer vers le tout numérique, via le lancement de la TNT. Car la course entre les médias publics marocains et algériens est actuellement numérique et vise la modernisation de leur équipement de diffusion en prévision d’une éventuelle bataille médiatique entre les deux pays comme l’a vécu l’Algérie avec l’Egypte.

L'Expression

Vous devez être connecté pour poster des commentaires

Identification

Agenda

December 2017
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31